08 février 2012

« Onirocréatis ».

Voici un rêve que j’ai fait en décembre 2002 ; à cette époque, je n’avais lu que les deux premiers tomes de la série Harry Potter de JK Rowling et j'avais vu le premier film. Je préviens ceux qui ne connaissent pas Harry Potter qu’ils risquent d’être un tout petit peu perdus, mais qu’ils peuvent tout de même lire ce rêve.

 

J’allais avoir 11 ans, et un jour, au courrier, ou plutôt près de la boîte aux lettres, je reçois une lettre bizarre, me disant que j’étais inscrite à Poudlard. Comme je suis dans une famille de moldus, je ne sais pas ce que Poudlard peut être… C’est alors que je vois, à la fenêtre de ma chambre, un chat qui me regarde fixement. Je regarde le chat. Il se tient très droit, et ce qui me fait rigoler, c’est qu’on dirait qu’il a des lunettes. Le chat va derrière la maison, je le suis, il tourne sa tête dans tous les sens, puis prend forme humaine. « Bonjour, ETK, me dit la femme qui était encore un chat il y a une seconde, je suis le professeur McGonagall, j’enseigne la métamorphose à Poudlard. ETK, tu es une sorcière, et c’est pour cela que tu es inscrite à Poudlard. Voici la liste des fournitures. J’ai ici une lettre pour expliquer la situation à tes parents, mais je préfèrerais les voir pour leur dire. Dans tous les cas, je vais t’accompagner sur le chemin de traverse pour que tu puisses acheter tout ce dont tu auras besoin. »

Nous nous retrouvons en deux secondes au Chaudron Baveur, puis nous passons dans l’espèce d’arrière-salle qui donne sur le chemin de traverse. « Observe bien ce qu’il faut faire, car la prochaine fois tu seras toute seule » me dit Minerva McGonagall en tapant sur certaines briques, de sorte que s’ouvre le passage vers le Chemin de Traverse.

Elle ne m’accompagne pas, mais m’attend au Chaudron Baveur, en grande conversation avec d’autres sorciers. Parmi la liste, il y a un plan des lieux. Je vais d’abord changer de l’argent moldu en argent sorcier à Gringotts, puis je fais mes achats. Je finis par la baguette : du saule, cheveu de licorne, souple,30 cm.

Minerva McGonagall me donne mes billets pour le Poudlard Express, et m’explique comment faire pour rejoindre la voie 9 ¾ à King’s Cross. De retour à la maison, je commence à réfléchir sur ce qui a bien pu me valoir cette inscription à Poudlard, et alors je regarde dans mon grand coffre à jouet, et je comprends tout… Eh bien…

Dans le Poudlard Express, je ne sais pas quoi faire alors je dors. Lors du trajet en barque des élèves de première année, je suis dans la barque juste à côté celle de Hagrid. Je lui pose plein de question sur les bêtes, et à ce moment des tentacules sortent de l’eau. Je demande si je peux aller faire un tour dans l’eau, Hagrid me répond que ce n’est pas le moment mais que c’est effectivement possible.

J’ignore totalement dans quelle maison le Choixpeau magique m’a mise. Toujours est-il que c’était la troisième année de Harry Potter alors que c’était ma première à moi (simple et logique calcul de date : on sait, dans La Chambre des secrets, que c’est le 500èmeanniversaire de la mort de Nick-Quasi-Sans-Tête, qui s’est produite le 31 octobre 1492 ; or 1492+500=1992 ; j’avais 10 ans le 31 octobre 1992 (alors que Harry en a 12), donc lors mon arrivée à Poudlard à l’âge de 11 ans, Harry en a deux de plus que moi, soit 13).

La nuit, je rêve que je vole, sur un balai, avec des dragons. Deux magnifiques dragons rouges (qui ressemblent au dragon du drapeau du Pays de Galles). Je suis réveillée par des hurlements terrifiés. Je regarde à la fenêtre, m’attendant à ce que je vais voir… Les deux dragons sont là et effectuent un très joli ballet aérien. Je cours chercher Hagrid, qui résout le problème en leur chantant une berceuse. Les deux dragons endormis sont emportés loin de l’école.

Quelques heures plus tard, je suis convoquée dans le bureau d’Albus Dumbledore. Il me demande raconter mon rêve. Il se doute de ma petite particularité… Il m’informe que celle-ci porte un nom : je suis une onirocréatis, c’est-à-dire que les créatures dont je rêve se matérialisent. Je lui explique que jusqu’à présent, je n’avais rêvé que de petites créatures, que je protégeais dans mon coffre.

La nuit suivante, je rêve d’un monstre assez grand, extrêmement velu, avec trois têtes et six bras. La nuit d’après, c’est une espèce de sirène à la voix stridente et au rire qui casse les oreilles qui se matérialise. Puis c’est au tour de chauves-souris géantes à tête de chat (oui, c’est assez bizarre !).

Vient rapidement une nouvelle conversation avec le professeur Dumbledore. Je lui demande comment cela se fait que, depuis mon arrivée à Poudlard, je ne rêve que de créatures d’au moins trois mètres. « Je ne sais pas, me répond-il, peut-être bien à cause du lieu… » Fumseck le phénix tourne autour de moi et se pose sur mon épaule. Dumbledore sourit. « C’est Hagrid, qui va être content ! » me dit-il, les yeux pétillants.

Cependant, même si Rubeus Hagrid, ravi, s’occupe merveilleusement bien des monstres sortis de mes rêves, des plaintes commencent à affluer. Et si les monstres, au lieu de se matérialiser dehors, apparaissaient à l’intérieur et s’en prenaient aux humains ? Il est donc décidé que le professeur Rogue me préparera une potion. Je demande à assister à la préparation de cette potion. Severus Rogue est d’accord (peut-être étais-je à Serpentard…), mais m’ordonne très clairement de ne toucher à rien. Cette potion devrait m’empêcher de rêver. Je prends peur en apprenant cela. Discrètement, je parviens à mettre dans la potion une herbe imprévue…

Je dois boire une gorgée de cette potion chaque soir. Le flacon est prévu pour durer toute l’année. Et la nuit, je rêve. Une grande farandole d’êtres plus étranges les uns que les autres, plus monstrueux (d’aucuns iraient jusqu’à les qualifier d’effrayants) les uns que les autres, dont un tyra-dents-de-sabre (un tigre à dents de sabres qui a la stature, les pattes postérieures et la queue d’un tyrannosaure). Mais le lendemain, aucun cri terrifié ne vient troubler mon lent réveil. Pourtant les monstres nocturnes sont bien là, au pied de mon lit, pas plus grands que mon pouce. Je les range dans une boîte pour les protéger, et j’éclate de rire. Tout est rentré dans l’ordre : je fais toujours mes rêves, je suis toujours onirocréatis, mais cela n’inquiète plus personne !^^

Posté par ETK Onilatki à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur « Onirocréatis ».

Nouveau commentaire